Articles

Retour page 1030 Demain

 

Ciné Canapé

ecranLe principe du Ciné Canapé est celui du ciné-débat. Il a été instauré au Centre depuis 2006 sur le rythme d’une édition mensuelle. Au départ, le Ciné Canapé se voulait littéralement un rendez-vous cinéma avec des canapés pour accueillir les spectateurs, le tout dans une ambiance familiale. Il a permis par le passé surtout des rencontres avec des réalisateurs et des acteurs (les frères Dardenne, Yolande Moreau, Stefan Liberski, Nabil ben Yadir, et bien d’autres encore).

L’aspect « débat » a été assuré tout un temps par l’équipe du « Café-Philo » du Centre. Il ne s’agissait pas à proprement parler de débat, mais plutôt d’échanges après la projection pour capter les réactions et les avis des spectateurs présents.

Durant la période 2011-2015, 54 éditions du Ciné Canapé furent proposées au public, dont 46 furent accompagnées d’une rencontre post-projection (avec un débat construit, ou simplement une discussion). En 2015, nous avons utilisé le Ciné Canapé pour récolter des paroles et des vécus lors de notre analyse partagée et ce, à travers différentes thématiques exploratoires.

 

Thématique exploratoire « A la rencontre de la jeunesse » :

cour de babel« La Cour de Babel »de Julie Bertuccelli, avec un débat « Mille cultures, une jeunesse »avec Infor Jeunes, Atmosphères AMO, et Média Animation

« Sur le chemin de l’école »de Pascal Plisson , avec un débat « Et l’école ça va ? »avec Action-Josaphat (Bouillon de Cultures) et Solidarcité Schaerbeek (AMOS)

 

 

 

 

 

Thématique exploratoire « A la rencontre des femmes » :

patience« Patience, Patience, t’iras au paradis ! »de Hadja Lahbib, avec un débat « Parcours d’intégration ? Parcours de femmes d’abord ! », avec la Commune de Schaerbeek, le Figuier Asbl, Bouillon de Cultures, Maison de Quartier Helmet, l’Asbl Joseph Swinnen, le Gaffi, le Librex, Formeville asb , Media Animation, et les deux écoles Athénée Fernand Blum et Koninklijk Atheneum Emanuel Hiel 

« Wadjda » de Hafiaa Al Mansour, avec Amnesty International Schaerbeek

« Le Sac de Farine », de Kadija Leclere, en partenariat avec la Maison de Quartier Helmet

« Özge et sa petite Anatolie » : documentaire réalisé par Pierre Chemin et Tülin Ozdemir, avec Média Animation et Bouillons de Cultures 

Thématique exploratoire « Diversité et altérité » :

« Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? » de Philippe De Chauveron, suivi d’un débat : « Vivre ensemble, quelles valeurs, quelles pratiques ?  Expériences schaerbeekoises », avec AMOS Schaerbeek, Le Figuier ASBL, Concertation Locale de la Cohésion Sociale à Schaerbeek, CEDAS

Thématique exploratoire « Précarité » :

deux jours une nuit« Deux jours, une nuit » de Dardenne, avec un débat « Précarité grandissante, quelles solidarités possibles ? », avec La Gerbe Mémoire Vivant, Les Amis d’Aladdin et La Poissonnerie

Le public cible du Ciné Canapé est la catégorie de l’adulte et du jeune adulte. Certaines éditions furent cependant tournées vers les enfants.

Dans les faits, les spectateurs du Ciné Canapé se composent d’un public de proximité, essentiellement des schaerbeekois, d’âge et d’origine socio-économique divers. Ce public, dans sa grande majorité, n’est pas composé de cinéphiles, mais plutôt de personnes souhaitant regarder en groupe un film et participer parfois à un débat pour faire entendre leur voix.

 

 

Le cinéma aujourd’hui, c’est :

-       Le « divertissement » grand public par excellence ;

-       La télévision, l’ordinateur, le téléphone, la tablette ;

-       L’offre à la demande ;

-       L’offre sur toutes sortes de plateformes numériques ;

Peut-on encore prétendre se positionner par rapport à cette offre pléthorique, avec nos moyens dérisoires ? Notre réponse est affirmative et ce pour plusieurs raisons :

-       Cette offre « grand public » n’est pas dans les faits une démocratisation de la culture, son moteur premier est uniquement de l’ordre du marchand et du divertissement ;

-        Le Ciné Canapé est en quelque sorte la restauration du « cinéma de quartier », même si nous projetons les films avec un matériel assez modeste techniquement. Les personnes viennent là d’abord pour la question du lien social ;

-       C’est le débat, ou la rencontre, après la projection qui apporte au Ciné Canapé sa dimension de démocratisation de la culture (et non pas son ticket d’entrée à 3€, même si c’est bien sûr une bonne chose).

 

Facebook


cocof logologo